12/06/2018

Gramsci et les mini-monstres

Une citation de Gramsci d'où est tirée une 'quote' que Zizek charcute ainsi : "The old world is dying, and the new world struggles to be born: now is the time of monsters." C'est un texte intéressant, encore davantage une fois analysé par la revue Contre Temps que je vous invite à suivre. Leur article qui y est consacré ce trouve iciBonne lecture! 

P.


« L’aspect de cette crise moderne qui est déplorée comme une “vague de matérialisme” est à mettre en relation avec ce qui est nommé “crise de l’autorité”.
Si la classe dirigeante ne bénéficie plus d’un consensus en sa faveur, c’est-à-dire qu’elle n’est plus “dirigeante” mais “dominante”, exerçant uniquement la force de coercition, cela signifie précisément que les masses se sont détachées de leurs idéologies traditionnelles, et ne peuvent continuer à croire à ce en quoi elles croyaient jusque-là, etc.
La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés.Le problème est le suivant : est-ce qu’une rupture entre les masses et l’idéologie dominante aussi sérieuse qu’après la Grande Guerre peut être “guérie” uniquement par l’usage de la force, empêchant les nouvelles idéologies de s’imposer ? Est-ce que l’interrègne, la crise dont la solution historique normale est bloquée, se résoudra nécessairement en faveur de la restauration de l’ancien système ?
Vu la nature des idéologies, cela peut être écarté – mais pas dans un sens absolu. Entretemps, la répression physique conduira à terme à un scepticisme généralisé et un nouvel ‘‘arrangement’’ sera trouvé – dans lequel, par exemple, le catholicisme deviendra encore plus jésuitique, etc.
De cela on peut conclure que des conditions très favorables sont en train d’être créées pour une expansion sans précédent du matérialisme historique. »

Antonio Gramsci - Cahiers de Prison #3 - 1930

30/05/2018

Fisher : Why Modern Life causes Depression

Courts extraits retranscris d'une courte vidéo composée d'extraits d'une conférence de Mark Fisher. Il est notamment à l'origine du concept de Réalisme Capitaliste. Je vous invite à regarder ces interventions, comme par exemple celle-ci ou celle-là. Pour l'extrait présenté ici, la vidéo est en dessous.

P.


The big lie that has been sold to us by neoliberalism is that if we withdraw security from people, then suddenly they’ll be creative, this wellspring of creativity will just emerge. Okay, all that happens if you remove security from people, is they get like I was when I was self employed. All of their creative energy goes into “how can I make money?”. That’s the energy of this society, that’s a stupid thing for people to have to think about a lot of the time.

(...)

Look at all these great people we're supposed to admire now. Not that they've invented anything. Steve Jobs, he didn't invent anything, he's just a parasite. Simon Cowell, he hasn't done anything, he's just a parasite. What are these people good at? They're just good at making money. And that should be enough reward. If that's what you want to devote your life to, just fucking do it. But don't expect us to also admire you and expect that you'll be the model for everyone else all the time. We shouldn’t have to worry about making money all, every waking hour of our days. That’s a depressing kind of reality that has been artificially imposed on us. We can break out of that.

(...)

This privatization of stress is normalized. If a lot young people are depressed, “who gives a shit?!” This is the idea. Young people depressed, “that’s just part of life.” It wasn’t part of life! The increase of the depressions among young people is shocking. That ought to be the biggest possible indicator for condemnation of the world in which we are now living. It wasn’t normal for young people to be depressed in the seventies.

(...)

Why where the 90s’ the decade of the emergence of cyberspace and of Prozac? How did people cope with these new levels of demands that were placed upon them? They started to take antidepressants, which are now very common, particularly among young people, antidepressant as a hazing thing. You can hear this like this downer haze. That’s what Drake is really interested in. The new Drake record is full of this kind of electro downer haze. Everyone is on downers now to cope with the cyber blitz. Whether it’s antidepressant or other forms of self-medication in order to cope with this. The thing is that, there was a breakdown in the 90s’, and there will be another. We cannot cope with this.



28/05/2018

Zero Books : The Slow Cancellation of the Future

Voici un bref extrait d'une vidéo trouvée chez Zero Books, une maison d'édition, gauche de la gauche théorique, uniquement en anglais malheureusement. Ils ont une chaîne youtube que je vous recommande de fréquenter. C'est assez lourd, mais toujours mélangé à un peu de pop culture sur un fond de vaporwave plutôt plaisant. Et c'est aussi une bonne porte d'entrée vers Fredric Jameson, où le regretté Mark Fisher, entre autres.

Ici ça parle temps, histoire et futur à l'âge du néolibéralisme. L'extrait commence à 07:50 et je vous mets la vidéo juste en-dessous. 

The problem we are facing is not that we are obsessed with the past or that we have a tendency to romanticize the past. In fact, according to Mark Fisher, a return to the past is in order. What holds back such a retro move however, is our capitalist realism, or the pervasive belief in perpetual present, a frozen moment, where what is now is all that can be.

What Fisher called capitalist realism and Jameson called the cultural logic of late capitalism, might also be called post-modernism. And the latent argument in both Jameson and Fisher work is this:
By losing our notions of universality, transcendence, and ultimately the notion of the real, we have also lost our ability to change.
Under capitalism, social relations are mediated by things, and people are but at the service of these things. All of life revolves around the maintenance and reproduction of these social objects called commodities. The ultimate outcome of this way of life, is in our very self understanding: the entire history of our relationship to the world is itself transformed into a commodity. And the more developed and domineering capitalism becomes the more other forms of authority are undermined and absorbed.

It’s worth noting that as much as Fisher decries the end of history, the death of the future, he gives this tendency to destroy the future historical designation: Post-modernity, capitalist realism, the culture of late capitalism. All of these are also known as neoliberal, or neoliberalism.
Neoliberalism is an historical phase in our political economy. It’s what came after Fordism, and it was brought about by changing conditions in profitability, production, communication technology, and so on. If we can fit even the death of history into historical time, if we can understand this new a-temporality as a rising out of history, can we really say that history has ended?
The historical dynamic of capitalism ceaselessly generates what is new, while we’re generating what is the same. This dynamic both generate the possibility of another organization of social life, and yet hinders this possibility from being realized. Marx grasps this very complex historical dynamic with his category of capital. The historically specific abstract form of social domination intrinsic to capitalism than is the domination of people by time.


21/05/2018

DOCU : SPIN (1995)

Spin est un documentaire réalisé par Brian Springer et sorti en 1995. Il est composé d'images satellites brutes dans lesquelles figurent des politiciens en pleine apparitions télévisées, ou dans les coulisses de celles-ci. Nous naviguons ici dans les images coupées au montage.

A travers ces morceaux off, Springer révèle les petits arrangements des politiciens et des diffuseurs ou des intervieweurs, dans les coulisses de ces étranges mises en scène "démocratiques". Avec les émeutes de Los Angeles, les manifestations de la frange la plus radicale du parti républicain, et les élections présidentielle de 1992 en ligne de mire, Spinger n'oublie pas de revenir sur le cas de Larry Agran, un candidat malheureux à la primaire démocrate, sciemment ignoré par la presse.

Dans sa critique du New York Times, Stephen Holden qualifie le film de "devastating critique of television's profound manipulativeness in the way it packages the news and politics".
Je suis d'accord, c'est un portrait au lance flamme d'une réalité construite par et pour le média télévisuelle.

P.

18/05/2018

ZIZEK : Step back and interpret the world better

Un bref extrait d'une interview de Slavoj Zizek donnée en Allemagne  en avril dernier. Ceux qui le connaissent savent que le thème qu'il aborde ici lui est cher, c'est celui de la nécessaire prise de recul et de l'interprétation de la situation et du monde.
L'extrait commence à 27:50. Je vous mets la vidéo en dessous. 

Hegel was, and I know it sounds crazy, more materialist than Marx. With Marx, we still have this basic trust into the future, a certain evolutionary progressism, even if it’s not automatic, determinist, but “the present situation opens up hope for a communist future” and so and so on. Hegel was much more open and pessimist if you want.
Look, you know when Hegel says in Grundlinien der Philosophie des Rechts that the Owl of Minerva, wisdom or philosophy, comes only in the evening, and can only explain conceptually social situation and order which are already disappearing. We cannot predict the future. The situation is much more radically open for Hegel. Marx was here the determinist I claim. We have to get rid of this last remainder of evolutionary determinism in Marx. And also, second thing, I give you a radical provocation here, which raises the hair of many orthodox Marxists. You know, perhaps the best known phrase of Marx is the 11th thesis :
The philosophers have only interpreted the world, in various ways. The point, however, is to change it.
But isn’t it that the lesson of the 20th century is maybe the opposite one :
We tried to change the world too fast, without knowing what we are doing, and we ended up with Stalinism and so on. 
So that maybe our 11th thesis today should rather be :
We should not just try to change the world, we should step back and interpret it better.

***

17/05/2018

Badiou : Pour une « convergence » dotée d'un contenu

Depuis quelques longues semaines, divers mouvements, accompagnés d'occupations et de blocages, animent le monde étudiant, cependant que des grèves tenaces paralysent en partie le secteur des transports. Tout cela est à vrai dire au relais dans notre pays de mouvements antérieurs, avec occupations de places, qui ont eu lieu dans les dernières années, et qui mettaient en cause la « loi travail ». Mais tout cela peut aussi s'inscrire, à échelle historique, dans ce qu'a ouvert le« printemps arabe», lequel vit en particuliers des saisies populaires de lieux publics aussi massives que durables.

Force est de constater que pour le moment, aucun de ces mouvements n'a entraîné de modification positive de la situation, pas même de la situation subjective, plutôt marquée, un peu partout, par de sensibles progrès des fascismes identitaires, qu'ils soient nationalistes, religieux, ou les deux en même temps. Le plus fort mouvement de tous, la mobilisation égyptienne, n'a produit que le retour au pouvoir des militaires sous une forme encore plus agressive. Les occupations de place en Turquie ont consolidé la mainmise d' Erdogan sur le pays. Mais on peut aussi voir ici même qu'après Nuit debout et la loi travail, la France a hérité du gouvernement stipendié et ouvertement antipopulaire de Macron.

L'analyse générale de toutes ces « mobilisations » met très vite en évidence la faiblesse de leur unité apparente, ct leur absence de mots d'ordre positifs. «Moubarak dégage» peut rassembler des foules, mais qui ne sont nullement d'accord sur la force politique qui doit remplacer Moubarak. « Faire la tète à Macron » ne dit rien de ce qu'un nouveau pouvoir devrait faire dans les conditions du moment.

On parle de « convergence des luttes ». Mais sur quoi convergent-elles ? L'hostilité aux réformes menées au pas de charge par le gouvernement Macron désigne bien un adversaire commun, mais aucunement une conviction affirmative commune. Et mettre à l'ordre du jour cette difficulté diviserait aussitôt le mouvement, chose considérée – à mon avis à tort – comme dangereuse. Le résultat est que la seule idée avancée pour que les luttes convergent est... le mot d'ordre purement tactique, et en réalité vide, de « convergence des luttes ». Cette tautologie est forcément inactive.

Je voudrais ici contribuer à la recherche d'un point d’unité plus réel, d'un mot d'ordre en prise sur la situation, qui sans doute introduirait une division politique dans les mouvements dispersés actuels, mais produirait un corps de combat autrement actif et durable.

Un mot d'ordre unificateur doit proposer un contenu positif effectivement commun aux forces qu'il s'agit d'unifier. Or, qu'y a-t-il de commun entre le mouvement étudiant, la grève à la SNCF, et les mouvements divers dans les institutions du service public, comme les hôpitaux ou la poste? Le point commun est que tous sont affectés par les projets, en cours de réalisation ou à venir, de privatisation générale de tout le domaine qui relève encore de l'espace public. Certes, ces projets et réalisations ne datent pas d'aujourd'hui, et la gauche comme la droite y ont, dès 1983, activement participé. Mais aujourd'hui, la généralisation de tout cela est le coeur de l'action de Macron. Les étudiants peuvent voir que l'installation d'une sélection à l'entrée des Universités est la porte d'entrée pour un système inégalitaire d'universités privées; les cheminots peuvent voir que sous couvert d'ouverture à la concurrence, on prépare dans l'ombre et le mensonge un dépeçage de la SNCF au profit de compagnies privées; les employés des hôpitaux publics peuvent voir qu'après la privatisation des services annexes ct l'installation de cliniques privées dans les hôpitaux publics, la privatisation de l'ensemble hospitalier est à l'ordre du jour. Les postiers peuvent envisager qu'après la privatisation du téléphone et compte tenu de la puissance privée des compagnies qui régentent Internet, on brade le courrier ordinaire en en faisant comme ailleurs une annexe des supermarchés ou des épiceries. Et tout le reste à l'avenant.

Le mot d'ordre unificateur qui s'impose est: Non aux privatisations, quelles qu'elles soient. Non seulement à celles que veut Macron, mais à celles qui se sont constamment suivies depuis les années quatre-vingt, ct qui ont préparé le démantèlement de tout ce qui se présente comme un service public.

On dira que ce mot d'ordre est lui aussi négatif. Mais ce n'est qu'une apparence: il ouvre aussitôt à la question de savoir ce qui va venir à la place des services privatisés, et quelle sera la doctrine générale qui gouvernera ce changement. Le mot de « nationalisation » est à cet égard étroit et inopportun. La « nation » n'a rien à voir dans cette affaire. C'est la dimension collective de l'appropriation qui compte, au regard de l'appropriation privée. La formule positive du mot d'ordre pourrait être : Appropriation collective et désintéressée de tout ce qui relève du bien public. Prioritairement : enseignement, santé, transports autres que familiaux, ports, aéroports, autoroutes, routes et chemins, énergie et eau potable.

Rappelons au passage que Marx, dans la définition très précise qu'il donne du communiste, ce qui veut dire du militant au service du bien public, lui attribue trois capacités quand il participe à un mouvement contre « l'ordre politique et social existant» : il veille à ce qu'aucun intérêt strictement national et chauvin ne vienne dominer la destination universelle de l'action (internationalisme); il prend soin de l'ensemble du mouvement ct des étapes à venir, et non pas seulement des buts tactiques immédiats (vision stratégique) ; et il situe l'action au regard de la question fondamentale de la propriété. Marx ajoute que ceci doit être fait « quel que soit le degré auquel est parvenu cette question » (communisme réel).

Aujourd'hui, pour nous, le « degré » en question est fixé par la vague continue de privatisations. C'est avec ce critère en tête que, dans tous les mouvements actuels, nous devons agir et faire des propositions.
Ma proposition est la suivante: Nous connaissons l'existence historique d'un « Ministère de l'économie, des finances et de la privatisation ». Nous savons aussi qu'existe un « comité de privatisation », défini comme l'organe technique qui assiste le Gouvernement « dans l'élaboration, la mise en oeuvre et le suivi de la politique des entreprises publiques ». Il est tout de même frappant que les « penseurs » de la politique des entreprises publiques soient réunis dans un « comité de privatisation » !
Je propose qu'une manifestation, faisant converger tous ceux qui, dans tous les secteurs concernés, ont des raisons fortes de s'opposer aux privatisations, se dirige vers le ministère des finances et y proclame ses impératifs :

  •  La disparition générale, dans tout ce qui concerne la « politique des entreprises publiques », du mot « privatisation », la dissolution de tout organisme afférent, et l'arrêt immédiat de tous les projets relevant d 'une privatisation.
  •  Le réexamen de toutes les « privatisations » opérées depuis la deuxième moitié des années quatre-vingt.
  •  La création d'un comité de vigilance sur cette question, travaillant notamment sur les diverses formes possibles de l'appropriation collective.

Je suggère, au cas où vous approuveriez ce texte, au moins dans ses grandes lignes, que vous le diffusiez, lui ou toute variante conforme à vos appréciations, en tous lieux et mouvements qui vous paraissent concernés par le mot d'ordre « à bas les privatisations ».

Merci en tout cas de votre attention.

ALAIN BADIOU



 
IDEM VELLE AC IDEM NOLLE AC TANDEM VERA AMICITIA EST