09/08/2019

An atheist's God: the paradox of Spinoza


Dans cet entretien (en anglais déso) il est question du "dieu" de Spinoza. De prime abord ça peut paraitre étrange simplement parce que Baruch de son prénom, l'un des plus grands philosophes de son temps, a été viré de la synagogue d'Amsterdam en 1656 à cause de ses opinions religieuses très éloignées de l'orthodoxie. Depuis lors, il est d'ailleurs considéré comme Le grand "athéiste" de la tradition occidentale. Pourtant, il mentionne "dieu" à de très nombreuses reprises dans son oeuvre. Cet entretien tente donc de résoudre le paradoxe entre ce que beaucoup perçoive comme son athéisme et ses très nombreuses référence au divin.

Pour ceux qui suivent : #ZizekSurLeChristianisme et #Panpsychisme  

Source : https://www.abc.net.au/radionational/programs/philosopherszone/an-atheists-god-the-paradox-of-spinoza/3655032 Vous y trouverez également un transcript de l'entretien si vous préférez lire l'anglais plutôt que de l'écouter ;)

08/08/2019

"Réveillez-vous!" VS "Mais ferme ta gueule"

En fait je lutte depuis pas mal de temps contre les conspis en-ligne. Parce que moi-même, étant jeune, j'ai fait un bref détour par quelques "théories du complots" (entré pour le 11 septembre sorti pour le communisme), j'ai pas mal creusé le sujet et j'ai une bonne vision des différentes théories. Depuis que je suis sur les RS Gilets Jaunes, j'en croise pas mal. Au début je trouvais que ça allait par rapport aux réseaux des droites mais avec le temps certains groupes ont été colonisés par les conspis à coup de "Réveillez-vous!". Je suis récemment tombé sur un nid avec quelques gourous. Des complotistes de la pire espèce. Clairement pour moi c'est un ennemi à ne pas sous-estimer, qui mérite une lutte quotidienne parce qu'il a un pouvoir de nuisance beaucoup trop grand pour qu'on le laisse pisser. Du coup j'ai écris un court texte qui devrait sortir à la rentré et qui pourra peut-être circuler parmi les GJ. Il vise les points faibles des conspis de tout poil et la parfaite incompatibilité entre eux et un mouvement social. Le texte tient la route, mais franchement, je regrette de ne pas avoir vu la vidéo en dessous avant de l'écrire.

C'est la meilleure vidéo sur ces enfoirés de complotistes que j'ai vue sur le french youtube. Un démontage point par point hyper clair, qui n'oublie pas les liens avec les droites, et qui se termine par un rap! Olala, cette vidéo c'est un rêve! Regardez plutôt!


07/08/2019

Documenting Hate: New American Nazis (Docu)

Maintenant qu'on connait la pénétration des idées de Renaud Camus dans l'Alt-right internationale, allons plus loin. Il faut absolument voir ce documentaire sur le groupuscule néonazi américain Atomwaffen. 

Ce groupe a notamment pour stratégie de faire entrer certains de ses membres dans les forces armées américaines pour qu'ils y acquièrent matériel et entrainement. Considérant ce que l'on sait des votes, des méthodes, et des imageries utilisés par certains membres des FDO en France, je pense qu'on doit commencer à s'interroger de manière un peu plus concrète sur les évolutions de l'extrême droite en France.

Si la victoire de Trump galvanise les fascistes outre-atlantique, interrogeons nous sur ce que la défaite perpétuelle du FN/RN, défaite inéluctable dans un système électoral à deux tours, provoque chez la partisans les plus acharnés des idéologies raciste et réactionnaires chez nous.

Le vieux monde se meurt et le nouveau tarde à advenir. Vous connaissez la suite.



06/08/2019

Il suffira d'un gilet (Docu)

Voici un excellent documentaire sur les Gilets Jaunes. Tourné entre décembre 2018 et avril 2019 un peu partout en France mais surtout en Bretagne, c'est un hommage magnifique à ce mouvement et à toutes celles et ceux qui s'y sont investis corps et âme pour enfin refaire de la politique dans ce pays. C'est aussi probablement un document historique tant les témoignages présents sont importants, et un magnifique exemple de la parole des Gilets que les médias dominants se sont empressé de confisquer dès les premiers Actes un peu plus chauds. 

Bonne vision! 

17/07/2019

Select player : Hegel vs. Marx

Voilà en vidéo mais en anglais le meilleur résumé que j'ai pu trouvé de la relation qui unit les pensées de Hegel et Marx. Développement, contradiction, évolution, de l'idéalisme au matérialisme. Les deux sont indispensables mais avec le temps il me semble qu'on échappe pas à choisir son perso, celui avec lequel on joue le mieux, celui dont on préfère les pouvoirs ou les coups spéciaux, même si certains sont forcément redondants.
Vu le type de jeu que j'ai développé au cours des 15 dernières années, plus de doute, c'est avec Hegel et l'idéalisme que je joue m'amuse le plus et que je suis le plus efficace :D   

16/07/2019

Christianité politique (Zizek)

J'utilise christianité pour souligner la différence qui existe entre ce dont il est question dans l'extrait vidéo ci-dessous et le christianisme ou la chrétienté. On ne parle pas cul bénit ici, on ne pas parle dogme ou religion, on parle métaphysique et universalisme. On parle esprit et communauté, on parle communisme ou plutôt proto-communisme. Si vous êtes dogmatique, de quelque manière que ce soit, dégagez.



Vous pouvez aller plus loin en regardant un autre extrait ici

15/07/2019

Lordon sur l'extrême centre

Il faut absolument lire le dernier billet de blog de Frédéric Lordon qui est ici. Mais comme je sais que vous ne le ferez pas, je me permets d'en copier / coller un long extrait, le plus éloquent d'après moi, pour décrire la situation présente de l'extrême centre en macronie.  

"Die Welt, qui n’est pas exactement une feuille de squatteurs berlinois, titre sur la police française : « La plus brutale d’Europe ». Le moment ne devrait pas tarder où l’on lira — mais dans la presse étrangère seulement — des mises en comparaison de la pratique gouvernementale-policière française et de celle d’Erdoğan. C’est qu’à l’aveugle (sans la reconnaissance des lieux, des tenues, etc., qui identifient), on peine déjà à dire quelles images viennent d’où. Pourtant, d’ici que l’éditocratie française en vienne à lâcher sa scie du « libéralisme » de Macron et de l’« illibéralisme » de Salvini-Orbán-Erdoğan, son théâtre de Guignol préféré, son objet transitionnel, sa certitude du bon dodo, il va en falloir de l’œil crevé et de la main arrachée.

Pendant ce temps, le niveau des eaux boueuses du macronisme n’en finit pas de monter. Une mer de boue en fait, car le délire policier ne trouve ses autorisations que dans un climat d’ensemble — le macronisme, précisément. « Macronisme » est la dénomination française de ce que Tariq Ali, puis Alain Deneault, ont appelé « l’extrême centre ». Il y a quelque chose de très profond dans cette appellation, et pas seulement un effet d’oxymore, quelque chose de très profond qui dit le lieu véritable de la radicalisation dans les sociétés néolibérales. Ça n’est nullement un hasard que ce soit depuis le cœur de ces sociétés, le cœur des dominants, que soit diffusée cette catégorie de « radicalisation », comme de juste sur le mode projectif-inversé : pour en réserver l’application à tout ce qui n’est pas eux quand les véritables radicalisés, ce sont eux.

Les indices les plus accablants ne sont pas forcément les plus spectaculaires. Certes nous savons que nous sommes sous la coupe d’un pouvoir de sociopathes, qui mutile sans un mouvement de conscience, et dont il n’est pas extravagant, au point où nous en sommes, d’imaginer qu’il pourrait faire tirer sur la foule si sa protection l’exigeait. Mais les mouvements collectifs de pensée et de discours de la base des convaincus dont ce gouvernement se fait une ceinture protectrice, quoique moins directement, physiquement, destructeurs, ne sont pas moins inquiétants pour autant. Le malheureux chef des Décodeurs du Monde qui devait sans doute communier dans la représentation centrale de son journal, où la violence est réservée aux extrêmes « usuels » — l’extrême droite et « l’extrême gauche », avec l’avantage indéniable de pouvoir mettre un signe « égal » entre le RN et la France Insoumise — et qui pensait probablement, sur cette base que le macronisme avait l’évidence démocratique du barrage, a découvert à ses dépens la vérité de l’extrême centre, des armées de trolls macroniens, parfois automatisées, parfois décentralisées, d’une morgue, d’une arrogance de classe et d’une violence verbale inouïes — au point de lui faire jeter l’éponge et se retirer des réseaux sociaux. Paradoxe qui, en raccourci, dit tout de l’époque : c’est la macronie qui aura eu la peau de Samuel Laurent !

On aurait tort de croire le phénomène strictement français : il a la même généralité que le néolibéralisme international. En mai 2018, une tribune publiée par un chercheur en sciences politiques dans un New York Times sans doute passablement déboussolé avait fait découvrir que, dans un assez large spectre de pays, les électeurs du centre étaient les plus sceptiques en les valeurs de la démocratie, et les plus enclins, s’il le fallait, à en congédier les institutions caractéristiques, notamment les élections et la presse libres, et à soutenir des régimes autoritaires, et ceci dans des proportions plus importantes que même l’extrême droite et l’extrême gauche ! Le macronisme est la parfaite émanation de cette inclination violemment antidémocratique des « démocrates », ce « centre » que la presse célèbre depuis des décennies, dont elle a épousé toutes les positions, et dont on se demande jusqu’où il faudra aller pour obtenir d’elle le premier décollement." 

Lisez la suite ici : https://blog.mondediplo.net/ou-est-steve-et-ou-va-la-police

 
IDEM VELLE AC IDEM NOLLE AC TANDEM VERA AMICITIA EST